Billet d'humeur, Espoir

Il faut sourire

54-365

Et même s’il y a la fatigue, les idées noires, le brouillard parfois sur la route, les gens qui bousculent, le trajet du soir pour rentrer chez soi, le bruit de la ville, les mauvaises notes, les doutes et les incertitudes, l’impression de plus pouvoir réussir, de ne plus avancer, de faire du sur-place.

Et même s’il y a les disputes, les incompréhensions, les cris et les larmes, les portes qui claquent, les repas dans le silence, l’indifférence qui détruit, les mots qui brûlent comme des cigarettes sur la peau, les adieux, les larmes volcaniques.

Et même s’il y a les illusions, les désillusions, l’impression de tout perdre en un claquement de doigts, l’impression de n’être plus rien, d’être seul au milieu de l’immensité, de se sentir écrasé par le poids du monde, par un ciel trop gris.

Et même s’il y a ces patrons trop cons, les élèves qui n’écoutent pas, les gamins qui hurlent, les responsabilités d’adulte que l’on prend mais qui ne tiennent pas, les claques du passé, les fantômes, les envies de partir loin, de s’exiler.

Et même si nous trébuchons, si nous perdons pieds, si notre visage se retrouve plaqué contre le sol. Même si certaines personnes changent, nous tournent le dos, nous poussent loin d’eux, nous expulsent de leurs vies.

Et même s’il y a des guerres dans les quatre coins de monde, si cette femme voilée se fait insulter par les passants, même si une femme ne peut pas sortir seule dans la rue habillée comme elle souhaite sans recevoir de remarques, même si la religion est une honte plutôt qu’un espoir, même s’il y a des enfants qui crèvent, même si des gens couchent sous des ponts.

Et même s’il y a ces amalgames, même si des êtres humains ne peuvent pas vivre leur amour comme ils l’entendent, même si l’on s’insulte à tort et à travers, même si la glace ne cesse de fondre, même si le monde finit par s’écrouler.

Même s’il y a tout ça, il faut sourire ; car le sourire, quoiqu’on en dise, est la meilleure façon de s’armer contre un quotidien trop pesant. Ne jamais perdre espoir, tout renaît de ses cendres.

Photo by  camilleaublet.tumblr.com

Publicités

10 thoughts on “Il faut sourire”

  1. Quel beau, très beau texte Orlane!
    C’est superbe, plein d’espoir justement, cet espoir à ne jamais laisser partir, cet espoir à garder tout contre notre coeur, le meilleur antidote à toutes nos douleurs.
    Bravo et Merci!

    1. Tout ce qu’il nous reste, c’est l’espoir. Il ne faut pas céder face à la peur, aux doutes, à la cruauté. La vie est belle – malgré tout.
      Je suis ravie que ce texte te plaise, tes commentaires me sont si précieux.

    1. Je te remercie ! Mon but est en effet de faire réfléchir sur notre propre condition. Qu’il y a le pire, mais qu’on peut aussi faire le mieux possible pour continuer de vivre ! A très bientôt, merci de ta visite.

Philosophez :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s