Billet d'humeur

Il y a tout un monde qui vit

tumblr_mb4gxuX9DS1rfdv7fo1_400

Assise sur un banc à un arrêt de bus, je regarde autour de moi : les gens se tiennent par la main, ils sourient, ils rient, ils vivent. Les enfants courent, contents de rentrer enfin à la maison après cette journée à l’école. Les mères parlent entre elles, regardent au loin pour ne pas perdre leurs petits. Un couple de personnes âgées passe devant moi, je contemple cet amour qui dure. Il faut y croire. Il y a ces jeunes, tout là bas, qui discutent et débattent sur une loi qui tend notre pays vers un je-ne-sais-quoi auquel les politiciens croient mais plus les citoyens. La jeunesse semble crier son opinion de sa voix impuissante qui ne porte pas plus loin qu’à quelques mètres devant elle. Les bus passent, les voitures roulent, le tramway klaxonne. Les oiseaux du printemps chantent dans les arbres et le vent souffle un peu. Je perçois les rayons du soleil sur les cous dénudés : les écharpes sont inutiles désormais. Il y a tout un monde qui vit et des choses horribles arrivent dans les quatre coins du monde. Pas seulement à Paris ou à Bruxelles, mais partout. Tous ces individus qui détruisent des vies entières, qui pillent, qui saccagent ce qu’il y a de plus précieux. Il y a tout un monde qui vit et il y a ces regards tournés vers le ciel. Je le répète, une fois de plus, au nom de quoi ? Nous sommes dans une guerre que nous n’avons pas voulu, nous, citoyens du monde. Il y a tout un monde qui vit et ce monde, c’est nous-même. J’ai l’espoir qu’un jour tout cesse, que la bassesse viendrait à disparaître au profit de quelque chose de beaucoup plus grand, de beaucoup plus sûr. J’ai l’espoir d’un futur qui ne serait pas imbibé de rouge. Et si cet espoir est vain, ce qu’il nous reste de mieux à faire, ce qu’il nous reste tout court : c’est vivre.

Toutes mes pensées sont à Bruxelles,
mais aussi au monde entier.

Publicités

2 thoughts on “Il y a tout un monde qui vit”

  1. Tu as très bien résumé les choses: Vivre. Car c’est ce que nous faisons de mieux, c’est ce pour quoi nous sommes faits. Il suffit de regarder les enfants au milieu d’un conflit pour comprendre qu’au cœur de toutes les horreurs du monde, qu’on le veuille ou non, il y a la VIE.
    Douces pensées Orlane et merci pour ce beau texte.

Philosophez :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s