Panser et penser la plaie

23963799413_f513edcb2d_o

Elle aurait dû s’en douter que ses cils seraient imbibés d’eau au son de ses mélodies qui rythmaient autrefois son coeur. Que tous ces souvenirs resurgiraient de nul part, du néant de son esprit, de cette case mise intentionnellement de côté pour ne plus souffrir. C’est que mettre des souvenirs à part pour tenter de les oublier, c’est y penser bien plus souvent. Ce soir-là, elle avait l’espoir que tout ça était derrière elle. Que la tempête était terminé, que les vagues étaient désormais plus sereines et calmes, et que les mouettes n’hurlaient plus autant. Mais au son de ces chansons, de ces mélodies, il restait encore quelque part cette plaie qui n’avait pas finie de cicatriser. Les fils ont alors éclatés et le sang a giclé contre sa poitrine. C’est le point de départ des larmes. Elles ne viennent pas des yeux, non, elles viennent du coeur. Elles montent à une vitesse d’éclair et elles surgissent sans qu’on ne puisse les arrêter. Si l’on parvient à stopper ces gouttes d’eau qui font si mal parfois, elles finissent par éclater plus tard. Elles prennent leur mal en patience mais la vengeance n’est jamais bien loin.

Essuyer les larmes et se promettre de ne plus jamais recommencer une telle expérience, voilà tout ce qu’il lui restait. Le regard perdu dans la nuit et les phares des voitures sur la route, elle se disait « jamais plus ». Mais jamais plus quoi ? Mieux vaut-il faire face et panser la plaie d’un passé trop proche ou fuir, toujours s’éloigner, pour demeurer aveugle ? La lumière est au bout du tunnel et, pour l’atteindre, personne n’a jamais prétendu que le chemin serait sans embûches.

(Photo : par Camille, ma plus belle des lucioles) 

Publicités

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. C’est un très beau texte, prenant, triste mais chantant. Tu reprends peu à peu l’écriture c’est vraiment génial je suis ravie et tout à fait derrière toi ! ♥ love

    1. Orlane Astrid dit :

      Merci ma Camille. Oui, l’écriture revient peu à peu, du moins l’imagination. Mes mots ne me déplaisent plus, ils commencent à retrouver une harmonie, un sens. Je suis contente que ce texte te plaise !

  2. Marie Kléber dit :

    Très belle réflexion Orlane. Je pense qu’il faut digérer et faire face, là, maintenant. Au risque de voir les larmes ressurgir à un moment où on s’y attend le moins.
    Heureuse que l’inspiration revienne, que tu retrouves le chemin des mots. C’est toujours un plaisir de te lire et un peu triste quand tes mots ne sont pas au rendez-vous.

    1. Orlane Astrid dit :

      L’inspiration est de nouveau au rendez-vous. Il s’agit uniquement de mes sentiments un peu sombres, mais ça me permet d’évacuer tout ce qui n’est pas dit de vive voix et ça me fait du bien.

  3. Je me suis reconnue dans ton texte, je le trouve magnifique. J’espère que ça va aller

    1. Orlane Astrid dit :

      Fiona, je suis ravie que mon texte résonne en toi d’une quelconque façon. Je vois qu’on n’est jamais seul.

Philosophez :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s