Billet d'humeur

Je

Freedom4

Mon « je » a mal, et mon « je » ne sait plus comment décrire ce qu’il ressent – s’il ressent encore quelque chose. Mon « je » a soif de liberté, soif d’air frais et de matins sans douleur. Ils sont devenus obstacles, comme une barrière invisible qui empêche d’avancer, et même de reculer. Mon « je » fait du surplace, en boitant, en rampant parfois.

Et je ne sais pas où mon « je » puise sa force. Je crois même qu’il en est devenu invincible, que chaque parcelle de son être est intouchable, que toutes les choses qui dorénavant, lui arrivent, sont belles. Après tout, « ce qui ne tue pas nous rend plus fort ». Cet adage est si réel, aujourd’hui.

Il ne faut jamais perdre son sourire, il faut le garder au chaud, le conserver. C’est un bouclier contre les vents mauvais, c’est ce qui permet d’aller vers le haut. Et même si mon « je » pleure, parfois, même s’il ne demande qu’à hurler contre l’amour et toutes ses épines, même si mon « je » est souvent à bout de nerfs et qu’il ne demande qu’à tout lâcher… Il garde la cap et navigue sur les eaux troubles de la vie.

Et ce « je », qui avait besoin d’écrire tout ceci, remercie toutes les personnes qui étaient là et le sont encore, pour le soutenir, pour lui dire que la vie n’est pas un crime, que c’est une belle chose et que, même si les bonnes choses ont une fin, il est nécessaire d’avancer. Pas les yeux fermés, ni les dents serrés, il faut vivre pleinement.

Publicités

8 thoughts on “Je”

  1. Beaucoup de courage à ton « Je » et à toi. Baisse pas les bras ma belle. Tu y es bientôt, à la surface, et tu verras combien l’air est respirable et qu’il fait bon ouvrir ses poumons ♥ à très vite. Je vous dames, toi et ton je.

  2. Que ton « je » trouve la force de retrouver la terre ferme, que la souffrance ne soit plus bientôt qu’un lointain souvenir. Tes mots résonnent en moi. La lumière et le bonheur d’être en vie sont là, près de toi. Si tu ouvres les yeux et que tu y crois, tu les verras illuminer tes jours.
    Je t’embrasse Orlane et prends soin de toi.

  3. Je souhaite beaucoup de courage à ton « je » pour traverser cette période visiblement tourmentée et la sérénité au détour du chemin…
    Prends soin de ton « je ». Chouchoute-le, berce-le, sois indulgente. « Je » le mérite…

  4. Hey, j’ai lu quelques uns de tes textes! Je suis pas très fan, je trouve qu’il manque quelque chose; que c’est pas assez direct; qu’il y a peut-être trop de recherche/de travail derrière et que du coup ça manque de vigueur. Cela dit, je m’en veux un peu de pas aimer parce que, quand même, t’as l’air sacrément passionnée; t’as l’air de te donner à fond même si c’est pas forcément encore suffisamment maitrisé (et ce n’est que mon avis, sérieusement il vaut pas grand chose, c’est totalement subjectif – j’ai pas forcément les qualifications qu’il faut pour donner un avis séparé de mon impression immédiate; et si jamais ça te bloque… hésite pas à le zapper) et du coup j’aimerais carrément t’encourager à écrire; à continuer parce que, voilà, même si ça me plaît pas, j’arrive quand même à voir la passion qu’il y a derrière et à me dire que ça vaut carrément la peine d’aller plus loin!

Philosophez :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s