Inhaler la vie

196

Un écrivain, lorsqu’il a besoin de souffler et de s’extirper de sa vie quotidienne, peut vivre à travers les yeux de ses personnages. Il suffirait donc de créer l’image d’un vagabond, qui vogue sur les plus grandes mers, qui regarde les plus beaux horizons, pour sentir le vent sur ses joues et entendre les mouettes au loin. Mais il peut aussi créer un personnage sur Terre, les pieds dans le sable, qui écoute les vagues qui s’entrechoquent, le rire des enfants qui construisent les plus beaux châteaux. Il suffirait que ce personnage ait un appareil photo, un carnet, un stylo ou tout simplement un livre, pour que l’écrivain oublie les vibrations frénétiques de la vie.

Je ne suis pas écrivain, et je ne suis jamais parvenu à créer un personnage dans lequel je pourrais vivre mon besoin d’air, mon besoin de souffler. Mais en y réfléchissant, ce n’est pas bien difficile de fermer les yeux et de s’imaginer sur une côte normande, ou même de l’autre côté de la Manche, chez les britanniques, ou encore dans ces îles à couper le souffle… ce n’est pas difficile, mais parfois impossible à vivre concrètement. L’argent manque, le temps aussi, et il y a souvent des choses qui nous retiennent.

Dire qu’on a besoin d’air, c’est déjà vouloir partir, c’est déjà se voir ailleurs qu’ici, dans ce tourment infernal des cours, du boulot, des problèmes. Dire qu’on en peut plus, qu’on a besoin de lâcher prise, qu’il serait grand temps de respirer à plein nez, de croquer la vie à pleine dent. S’il m’était donner de m’effacer quelques instants, sans que personne ne remarque mon absence, je le ferais.

Je le ferais, car je ne manquerais à personne, et personne n’aurait besoin de moi. Je le ferais, car tout ce que j’ai construit serait en pause en même temps que moi, peut-être que le temps lui-même et les minutes qui défilent se figeraient. Tout, dans les moindres détails, tout se figerait. Et moi, j’aurais ce pouvoir de vider mon âme, d’oublier, de faire le point sur ma vie si j’en ai l’envie, de courir dans un champ ou simplement fermer les yeux et apprécier le soleil sur ma peau. J’aurais le droit à un agenda vide, sans date, sans rendez-vous.

Et puisque tout cela s’avère impossible, du moins en très grande partie, je ferme les yeux et je m’imagine loin. Et peut-être réussirai-je un jour à créer ce personnage qui sera mon grand bol d’air, mon moyen de m’évader.

Publicités

8 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Marie Kléber dit :

    J’avoue que parfois les personnages qui j’imagine m’aident à m’évader. Mais la réalité reprend vite ses droits et je bataille pour retrouver ce calme et cette sérénité qui me manquent déjà.
    Parfois juste se poser sur un banc et profiter du soleil, cela aide à reprendre des forces. Sans aller très loin, si on s’octroye du temps pour soi chaque jour, peut-être qu’on peut respirer un peu dans ce monde qui va et vient trop vite pour nous.
    Heureuse de te lire à nouveau Orlane. Tes mots sont toujours justes et doux.

    1. Tes paroles sont belles, jolie Marie. Bonne journée à toi, et merci !

  2. Cawille dit :

    « S’il m’était donner de m’effacer quelques instants, sans que personne ne remarque mon absence, je le ferais. »
    Cette phrase fait écho dans mon esprit, j’adore. Tout comme le reste de ton texte. Il y a un moment où il faut souffler, laisser toute notre énergie partir, changer d’air et revenir plus sereine, la tête sur les épaules, et surtout une envie de vivre pleinement. Car il semblerait que tout ça devienne étouffant.
    Ne te décourage pas, tu pourras bientôt te reposer. Mais ne tire pas trop sur la corde en attendant et accorde toi un peu de temps tranquille, à rêvasser, à écrire, à lire (et on parle bien sûr de façon PERSONNELLE et non pour les cours), à faire ton petit bout de chemin, quoi. Sache que je suis là.

    Jeux d’dames.

    1. Merci ma Camille, je sais que je peux compter sur toi ♥ Jeux d’dames!

  3. Moody Poison dit :

    Bonjour, bonjour !

    Pour commencer, je te lis depuis un moment, même si je n’ai jamais pris le temps de commenter… Sache que tes jolis textes pleins de franchise et de lyrisme ont su me charmer !

    Je comprends absolument ce sentiment qui t’habite. Je tournais drôlement en rond et figure-toi qu’un petit projet qui me trotte dans la tête depuis un moment m’offre de nouvelles perspectives. Je le partage avec toi, petite plume, on ne sait jamais !

    As-tu entendu parler du service civique à l’étranger ? C’est en pleine expansion, il y a beaucoup de missions différentes, et c’est l’opportunité de partir, de voir d’autres choses. C’est subventionné, en plus, donc vraiment abordable. Voilà, si tu as besoin d’un nouveau souffle, ça peut être une option enrichissante. 🙂

    Quant à la construction d’un personnage qui permette de s’évader, l’astuce, c’est de lui trouver un joli objectif pour lui donner de la consistance.

    J’espère que tu iras vite mieux, je te souhaite beaucoup de courage.

    Mélodie

    1. Bonjour !
      Tout d’abord, je tiens à te remercier pour tes compliments, et surtout d’avoir pris le temps de répondre à mon texte. J’ai déjà entendu du service civique ! Mais je crois que même si j’ai envie d’ailleurs, je ne peux vraiment pas me permettre d’arrêter mes études, je suis une personne qui fait les choses jusqu’au bout et il ne me reste que deux ans avant d’avoir un métier (si tout va bien). Mais je te crois sincèrement sur ce moyen de partir à l’étranger, tu l’a fait toi?
      Merci à toi vraiment, pour ce conseil plein de gentillesse. Bisou !

      1. Moody Poison dit :

        Mais il n’y a pas de quoi ^_^

        Alors, oui, je suis déjà partie à l’étranger (mais en Erasmus !), et si ça n’a pas été facile parce que j’ai eu des soucis persos en cours de route, ça été une expérience très enrichissante.
        Pour ce qui est du service civique, c’est justement parce que j’ai fini ma licence puis arrêté mon master (qui somme toute ne m’intéressait pas) que je l’envisage. Je peine à trouver une formation qui me corresponde, et le boulot ne court pas les rues, c’est l’occasion ou jamais pour moi ! 🙂

        Quant à toi, ne te laisse pas freiner pour autant ! Il est possible de partir dans le cadre de ses études: année de césure, programmes d’échange, alternance à l’étranger… D’ailleurs, pour les masters, il y a un nouveau truc, qui s’appelle Erasmus Mundus, je crois. Tu pars deux ans, et tu fais au moins trois universités différentes ! Dur dur d’obtenir une place avec les bourses, mais ça ne coûte pas grand-chose de monter un dossier pour essayer… Après, même une fois qu’on a un travail, il y a des possibilités pour aller à l’étranger.

        Et enfin, même sans partir à l’étranger, si tu as besoin d’air, il faut te l’offrir ! Si tu as ton permis, il y a toujours moyen de bouger un peu sans dépenser des milles et des cents. Parfois, à trois pas de chez soi, il y un petit coin sympa qu’on connaît pas. Bouger un peu, voir de choses nouvelles, avec juste un carnet et un appareil photo sous le bras, ça peut être plus libérateur qu’il n’y paraît. Et avec les beaux jours qui reviennent, c’est d’autant plus agréable. Ou encore, cherche des musiques nouvelles à écouter (moi je suis déterminée à découvrir le Jazz par exemple), un nouveau style d’écriture… Il faut se faire rêver soi-même, parfois ^^

        En espérant que ça t’aidera à retrouver souffle et inspiration ♥

  4. Ma jolie Baudelairienne,pourquoi-donc pas essayer d,’écrire ton propre personnage ?Cela s’apprends avec le temps tu sais … Les écrivains n’ont pas eu ce dont immédiatement, comme cela pour la plus part . Ils l’ont expérimentes au fur et à mesure . Je suis sur que tu y arriverais parfaitement .Vu le dont que tu as avec les mots pour les faire vivre . J’ai envie de te dire qu’à notre âge on ne devrait pas connaitre ce sentiment de souffrance ,mais plutôt de profité à pleine dent de la vie . Vivons d’amour ,d’eau fraîche et de lecture .
    Marie .

Philosophez :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s