Non classé

« Écrire, c’est une manière de vivre. »

Citation de Flaubert

156

__L’écriture est une passion, une simple petite chose sans laquelle je ne me vois pas. C’est comme un nouveau vêtement acheté la veille, on désire le mettre chaque jour, le montrer aux yeux du monde. C’est comme un objet porte bonheur que l’on garde dans un coin de sa poche, c’est comme ce livre, là-bas, rangé soigneusement dans la bibliothèque, celui qui nous a ouvert les yeux en grand et dont on ne peut se séparer. C’est comme le chocolat qui tartine les brioches, c’est comme le café ou le thé pour les adeptes de l’énergie, c’est la cigarette et l’alcool pour les addicts, c’est comme revoir incessamment le même film alors qu’on en connaît l’histoire.

__L’écriture, c’est une partie de mon cœur, peut-être même la moitié. Une part de mon âme est celle de la femme que je suis au quotidien, celle qui sourit et qui rit, qui a son quotidien à l’université, qui étudie les livres et les analyse, qui est surmenée par un travail parfois lourd. Et l’autre part de mon âme est l’écrivaine éclipsée, la passionnée de mots et de phrases qui interpellent mon propre esprit et celui des autres. J’ai longtemps penser que ces deux facettes étaient opposées, que l’une ne pouvait aller avec l’autre. Puis je les ai fusionné, j’ai réussi à assumer mes deux « côtés », à en faire quelque chose de grand, assez grand pour que je devienne droguée, accro, ensorcelée par les mots et leur puissance.

__Par moment, je ne fais que « griffonner » et cela ne me satisfait jamais. Je n’y arrive pas, du moins plus, mes mots sonnent comme dérisoires, ils ne parlent à personne, pas même à moi. Ils ne sont plus mes amis, mais mes pires ennemis car ils m’abandonnent, me délaissent comme la paire de chaussettes que l’on ne retrouve jamais après avoir laver le duo. Je rêve ainsi de les retrouver, de jouer de l’harmonie qu’il y a entre eux et moi… et ce rêve est parfois réalisé, comme il l’est maintenant à l’heure où j’écris ces lignes.

__L’écriture et cette expérience m’ont appris qu’on ne peut pas « toujours » mettre des mots sur tout. Parfois, un simple petit sentiment engendre des pages noircies de phrases notées un peu par hasard, et souvent, dans un grand trouble et dans la plus grande mélancolie, on se retrouve seul au beau milieu d’un brouillard, avant de reconnaître cette page blanche qui nous fait trembler des pieds à la tête. Pourquoi les mots nous abandonnent-ils ainsi? Peut-être existe-t-il un monde dans lequel ils se réunissent pour parler de nous, de moi, de vous ? Un monde où ils se retirent pour souffler un peu, pour reprendre de l’énergie, de la force. Pour revenir meilleurs et puissants.

__Les mots, l’esprit et la main, ont sans doute ce besoin, cette nécessité d’abdiquer quelque temps, de voyager hors du monde, hors du temps, de se mettre en pause. Et même s’ils me délaissent, même si je me retrouve fréquemment confrontée à la page blanche, l’écriture m’est indispensable dans ce qu’elle est de formidable et de discontinue.

Publicités

18 thoughts on “« Écrire, c’est une manière de vivre. »”

  1. Woah, Orlane.

    En fait c’est tout ce qui me venait en tête quand j’ai cliqué sur commenté. J’ai hésité quelques minutes à me demander ce que j’allais bien pouvoir te dire, comment j’allais m’exprimer sur cet article et ces lignes à coeur ouvert.
    Tes textes sont toujours très beaux. Je suis souvent touchée par tes écrits. Mais ici, c’est complètement bouleversant. Parce qu’encore une fois, tu poses des mots parfaitement sur un ou des sentiments. Parce que tu t’exprimes clairement. Et que tu n’hésites pas à nous avouer tes doutes, ton manque de certitudes, tes trous d’inspirations.
    Et aussi parce que je m’y retrouve complètement. A mon humble domaine, évidemment, mais j’ai cru me lire, le fond de ma pensée, mes incertitudes, mes peurs, mais aussi la force de la passion qui peut nous animer. Et c’est souvent par cette projection que bon nombre de tes textes me touchent.

    Tu as tord, de douter trop souvent de toi-même, et de tes capacités. A être quelqu’un de bien. D’avoir un réel talent dans l’écriture. Mais, c’est bête, j’aime cette partie de toi qui te déroute. Parce que c’est ce qui te permet à chaque fois de te battre contre toi-même, contre les autres, et de te prouver que tu peux (et pourras) toujours faire mieux. Tu ne te reposes jamais sur tes acquis, je pense que cela fait parfois partie de ta force et de l’intensité de tes écrits.
    J’en profite pour approuver totalement (encore une fois) le mot de Romain. Tu es talentueuse.

    Je ne pensais pas écrire autant sous cet article et ce texte qui m’ont laissé bouche bée. Mais je n’ai certainement pas réussi à t’exprimer le fond de ma pensée et des sentiments qui ont sauté partout dans ma lecture.

    L O V E Y O U

    1. Que répondre à ce commentaire… comme je te l’ai dit, il me touche énormément. Et ce n’est pas parce que c’est « conforme » de dire ça, mais parce que vraiment, mon coeur est touché.
      Comme je te le dis souvent, ton avis et tes impressions, sur mes écrits ou sur moi-même, me sont vraiment indispensables. Tu as toujours été la personne qui m’a le plus soutenu dans mes démarches, la seule vraie personne qui s’intéresse à ma passion dans mon entourage. Tu es vraiment un pilier, ton avis sur ce texte l’est d’avantage car comme tu le dis, je me suis vraiment mis mes sentiments à nu dans ce texte.

      Douter de mes capacités fait (malheureusement) partie de moi, je n’arrive pas à faire autrement… mais quand je suis fière de ce que je fais, je me le remarque à moi-même. C’est important aussi d’avoir une estime de soi dans certains moments, vraiment important. Et puis, il y a toujours ces personnes qui feront tout pour nous montrer qu’on est pas un moins que rien, qu’on a des valeurs et qu’on vaut quelque chose. Toi, c’est ce que tu me montres depuis toujours, et je t’en remercie… tu es l’aide dont j’ai besoin.

      Jeux d’dames très fort ♥

  2. J’aime ta façon de voir les mots et de les laisser exister, loin de toi parfois. Ton écriture est belle et fluide, elle change, se transforme. Peut-être au fond que cette phase de manque d’inspiration est nécessaire pour avancer et écrire mieux, écrire plus vrai, plus juste.
    Continue sur ta lancée Orlane, tes mots nous parlent et rien que ça, c’est magique!

  3. En ce qui me concerne écrire est un exutoire. Lorsque j’écris en général ce sont des phases où je ne vois ni n’entends plus ce qui se passe autour de moi: je ne fais que vivre ce que je ressens en moi. Ce qui fait que je peux facilement écrire une dizaine de textes sur deux-trois semaines et ne plus rien écrire pendant un an.

    Je me reconnais un peu dans ce que tu dis et, à l’instar de Gainsbourg et Gainsbard ou Renaud et Renard, il y a en moi Charly et Shaideath. Je ne sais pas si je pourrai les fusionner ou si je l’ai déjà fait mais l’idée m’effraie quand je vois mon état à chaque écriture.

      1. Pour pousser un peu plus loin le sujet, je recherche souvent dans mon écriture la beauté du texte plutôt que sa force.

        Chaque fois que j’ai tenté de reproduire une puissante émotion ressentie le texte s’avérait être médiocre en revanche lorsque je laisse ma plume me guider, la métrique des vers et les jeux de sonorités se font de même. Je débute d’ailleurs la plupart de mes poèmes grâce à une assonance qui me vient et qui en entraîne d’autres.

        D’un autre côté mes textes les plus puissants émotionnellement parlant sont ceux écrits en prose, la plupart du temps ceux-ci retranscrivent mes songes.

  4. J’aime beaucoup ton texte. Ce que tu peux ressentir envers l’écriture, et ce qu’elle est capable de te donner.
    Certains passages me font penser à un texte de Marguerite Duras, « Ecrire » (je suis en train de le lire et je pense que tu pourrais t’y retrouver.. )
    « Ecrire, c’était ça la seule chose qui peuplait ma vie et qui l’enchantait. Je l’ai fait. L’écriture ne m’a jamais quittée. »
    Je te souhaite une très belle continuation. 🙂

    1. Je te remercie d’avoir pris le temps de lire et de commenter mon texte. Je suis heureuse que tu compares ce texte à Marguerite Duras, et je pense que je vais me pencher d’ici peu sur le texte dont tu parles, il va me plaire !

      Merci encore !

  5. C’est très beau. J’me laisse bercer par tes mots. C’est toujours aussi agréable de te lire. Je partage également la passion de l’écriture mais sache que tu m’encourages à m’y pencher encore plus. On ressent la passion qui t’anime et ça fait plaisir 😉

    1. Merci beaucoup ! Je suis contente de savoir que mes mots te donnent envie de te pencher encore plus sur l’écriture, c’est un domaine vaste et riche. Je sais que je ne pourrais jamais toucher à tout ce qui concerne l’écriture, c’est bien trop grand, alors je me contente de ce que je sais faire (du moins pour l’instant). Merci encore !

Philosophez :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s