Le cendrier

Texte fictif, correspondant parfaitement à cette seconde matinée d'automne,
accompagnée d'une tasse de thé et d'un bon livre baudelairien.

large

Quand la fumée de ma cigarette danse sous mes yeux, elle semble écrire tous les mots que je n’ai jamais su écrire. Elle a l’air de me dire « Tu n’es qu’une passante dans ce monde, d’autres prendront ta place, au même endroit où tu te trouves, en panne d’inspiration, fumant une dernière cigarette pour oublier les tracas de la vie ». Elle devient ma meilleure amie dans les pires moments du temps, et les secondes ont l’air de s’arrêter lorsque je sens cette fumée noircie caresser mes petits poumons fragiles. C’est la chaleur qu’il manque à mes jours, comme un soleil d’été qui vient éblouir tout le néant de mon corps. Comme à chaque amitié correspondent des trahisons, la fumée me fera mourir aussi vite qu’elle est entrée en moi. Je n’implorerai pas la vie de me laisser poursuivre mon chemin, je laisserai faire ce qu’il y a à faire, certainement pas avec le sourire, mais j’assumerai. Ecrire équivaut à fumer. Lorsque l’inspiration n’est plus là, on s’effondre, le cœur s’arrête de battre en regardant cette feuille blanche, inutile, posée à côté d’un stylo noir sur un bureau blanc. Quand la couleur du ciel ne nous atteint plus, quand la douceur des parfums de campagne n’exalte plus notre cerveau, quand les feuilles qui tombent et le vent qui souffle ne nous procurent aucune sensation, c’est comme écraser la cigarette dans le cendrier. C’est fini.

CAM02612 CAM02610

Petit bonus : le texte écrit avec ma belle machine à écrire. 

Publicités

11 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Camillou dit :

    Court mais parfait ! Ce texte se lit vite et en chanson (oui moi j’lis toujours tes écrits avec un petit air dans la tête) et j’aime beaucoup la noirceur qui s’en dégage.
    La clope c’est MAUVAISSSSSSS

    1. C’est vrai qu’il y a un certain rythme ! Merci poulette!

  2. Camillou dit :

    Gnihihi avec la machine à écrire!! 😀

    1. Je me suis ratée deux fois je crois sur les sauts de ligne… va vraiment falloir que je me perfectionne zut de zut !

  3. britishflower dit :

    Ahhh,je vais surement avoir une machine à écrire à noël,j’ai tellement hâte ♥:)

  4. Mab. dit :

    Où as-tu acheté ta machine à écrire? J’en cherche une depuis un moment et je n’arrive pas à trouver!
    Et ton texte est très véridique; le syndrome de la page blanche quand on souhaite éperdument écrire est la pire sensation qui soit.

    1. Je l’ai acheté sur une brocante ! Une amie m’a envoyé une photo et je suis vite partie l’acheter. Je l’ai eu pour 25€. Tu peux en trouver sur le bon coin aussi.

      Oh oui, la pire sensation qui soit…

  5. Marie Kléber dit :

    Très belle comparaison je trouve. Nous nous sommes tous retrouvés un jour ou l’autre devant cette page blanche, incapables de faire un pas dans le vide, pétrifiés de stupeur de ne pouvoir écrire.

    1. Oui, je sais que je ne suis pas la seule à me retrouver face à cette page blanche. Tout écrivain y est confronté un jour.

Philosophez :

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s